top of page

NETTOYAGE KONTATTI ? MÊME NON

Avant les élections, beaucoup ont annoncé supprimer de leurs amis Facebook qui avaient cliqué "j'aime" a  Salvini  (ou M5S ou Forza Italia ou PD etc.).

 

Ce comportement répandu ressemble à de la frivolité, mais ce n'est pas le cas. Je sais que vous vous sentez cool quand vous faites cela, mais je voudrais vous dire une chose, même au risque d'être purgé de votre précieux tableau d'affichage : le nettoyage de kontatti est dangereux.

Il y a déjà ceux qui travaillent sans relâche à la création de filtres entre nous et les autres : ce sont les algorithmes de  Facebook  e_cc781905-5cde-3194-bb3b-136bad5cf Google . Ce ne sont pas de mauvais robots, mais des systèmes qui rendent notre navigation satisfaisante, nous mettant d'humeur paisible et désireux de visiter (et d'acheter, bien sûr...). Grâce à un profilage constant, il suffit parfois d'ignorer un contenu que Facebook commence à ne plus nous le proposer. Même la publicité est désormais faite sur mesure.

 

Il y a quelque temps, je cherchais des informations sur Serum, un logiciel de niche, mais j'étais indécis quant à l'achat. Google m'a observé et, dans la maison Gmail, des publicités de cette maison de développement apparaissaient souvent. Facebook m'a proposé à plusieurs reprises des messages d'amis ringards qui parlaient de ce logiciel. Une nuit vient une offre spéciale limitée et ... le poisson prend la bouchée. Je finis joyeux dans la casserole.

 

Quelques années plus tard et les visages des copines, amis et proches apparaîtront dans les publicités. Chacun de nous aura son propre petit monde autour de nous. Et ce n'est pas un épisode de  Black Mirror.

Il n'y a pas de scientifique ou d'astronaute qui puisse convaincre les terrestres plats. Comprenons : les fous ont toujours existé. Mais la ségrégation idéologique dans laquelle nous sommes plongés aujourd'hui nous a conduit à une campagne de financement participatif pour envoyer quelqu'un dans l'espace pour vérifier la rondeur de la terre. Des groupes de personnes imperméables à tout ce qui sort de leur bulle. Le court-circuit est que s'ils avaient atteint le but, ils auraient envoyé dans l'espace quelqu'un « d'impartial », c'est-à-dire pas convaincu de la rotondité de la terre.

Il existe un terme qui indique le mieux la tendance moderne au non-dialogue entre différentes pensées : la polarisation. Pensez à la terre (faites un effort pour l'imaginer ronde) : vous êtes al  North Pole  et vos ennemis at_cc781905-5cde-3194-bb358d_ 136bad5cf . Cool, non ?

 

Je dis NON. Dans une société multiculturelle, multiethnique et dynamique comme la nôtre, construire des murs permanents est impossible,   Berlin  comme Padoue. Les barrières satisfont le besoin primaire de faire du monde un endroit moins chaotique - mais seulement à nos yeux.

Nous partageons des phrases retentissantes sur nos babillards électroniques. Nous sommes ouverts, éclairés, tolérants. Nous donnerions notre vie pour laisser parler ceux qui ne pensent pas comme nous. Ensuite, si l'on dit "flics tueurs" ou "assez d'immigrés", on devient pire que certains quinquagénaires sur le web : tout kaffè et kontatti de nettoyage. On a l'impression d'être passé de l'encrier au smartphone sans étapes intermédiaires.

L'autre jour, j'ai déjeuné au Refuge Balasso avec  Giulia  Silva . Entre autres choses, nous avons parlé de fascisme et - quand nous sommes arrivés au sujet du crime d'apologie - nous nous sommes trouvés en désaccord : pour eux c'est un bien et une nécessité, mais pour moi ce n'est pas le cas. Evidemment c'est un sujet brûlant, qui remue les consciences. Ai-je changé le tableau ? M'ont-ils déjà jeté hors de l'ossuaire ? Non.

L'absence d'une véritable comparaison crée une zone de confort où, en empathie avec ceux qui pensent comme nous, nous pouvons oublier la cohérence. C'est le royaume où les fausses nouvelles (les vaccins, pour l'amour de Dieu) sont dépeuplées, un endroit fantastique où il n'y a que des règles inventées par nous.

 

Pendant la campagne électorale, un gars a défié (à juste titre) Salvini parce qu'il cherchait les voix des sudistes après les avoir dépeints pendant des années comme des fainéants. Juste après les élections, avec le même ton, il soutenait la thèse selon laquelle le M5S gagnait dans le Sud grâce à la promesse de revenus de citoyenneté, ajoutant que "vous savez, l'envie de travailler ne s'y habite pas". Et celui qui lui faisait remarquer l'incohérence de ses positions a fini par être annulé.

Une personne m'a attaqué ainsi que toute l'équipe de  Eterea Post Bong Band  sur le choix de financer l'album via le crowdfunding, mais nous ne nous sommes pas désabonnés des amis. Il a exhalé toute sa colère dans les commentaires puis, la première fois que je l'ai rencontré dans un restaurant, il m'a offert un pétillant. Oui, c'est exact  Cappellotto .

 

C'est lui a  qui m'a envoyé par message l'histoire des terre-plates dans l'espace, comme pour me dire "voilà, ton putain de crowdfunding adoré !". Mais je suis resté parmi ses contacts.

Ne vous comportez pas comme des robots impitoyables au service des multinationales. Endurer, observer, critiquer, commenter.

Mais si vous pensez le contraire, désabonnez-vous immédiatement de mes coordonnées ! KAFFÉÉÉÉÉ

bottom of page